L’Iode

L’Iode 
L’iode est indispensable à notre organisme, et selon de nombreuses études, c’est le minéral qui fait le plus souvent défaut partout dans le monde, car notre organisme ne le synthétise pas et doit l’obtenir directement de notre alimentation. Le problème provient également du fait que l’on trouve très peu d’iode dans les aliments, à moins que les grandes industries alimentaires aient prévu d’en ajouter (comme c’est le cas pour le sel iodé), mais habituellement, la majeure partie de l’iode provient de la mer, et en particulier des algues marines.
L’iode, ce minéral essentiel pour l’organisme humain, est absorbé dans le tractus intestinal puis transporté dans le courant sanguin jusqu’à la glande thyroïde où il est accumulé pour sécréter des hormones. Un bon taux d’iode va nous permettre de brûler les graisses et d’éviter les problèmes thyroïdiens, tel qu’un goitre, par exemple. Mais voyons tout cela en détail !

Les bienfaits de l’iode
•Il est indispensable d’avoir un taux normal d’iode pour maintenir un niveau équilibré de l’hormone thyroïde ou thyroxine, car c’est ce qui nous préserve d’un goître ou de l’hyperthyroïdie.
•Il sert au bon fonctionnement de nos métabolismes, comme la croissance chez les enfants et le fonctionnement de notre système nerveux.
•Il est indispensable, car il sert à synthetiser les hydrates de carbone et le cholestérol.
•Il nous donne de l’énergie et il est fondamental pour la santé de nos cellules.
•Il brûle l’excès de graisse.
•Grâce à l’iode, nos ongles, nos cheveux et nos dents restent solides et en bonne santé.
•En usage externe, on l’utilise habituellement pour désinfecter les blessures ; il est aussi utilisé communément pour désinfecter l’eau courante au moyen de pastilles de purification d’eau.

Les symptômes d’une carence en iode
Si nous disposons d’un taux d’iode trop bas dans notre organisme, les symptômes suivants peuvent alors apparaître :
•Un goitre
•De l’hypothyroïdie
•Une tendance frileuse
•De la fatigue, des douleurs articulaires
•De l’insomnie
•La peau et les cheveux secs
•De la constipation
•Le crétinisme : une maladie infantile qui se caractérise par un retard moteur et mental.

Où trouver de l’iode ?
Dans le poisson et dans les fruits de mer.
La mer est naturellement riche en iode, voilà pourquoi il est recommandable de consommer du poisson ou des fruits de mer au moins trois fois par semaine. Ils contiennent de merveilleuses vitamines du groupe B, des vitamines A, D et E, et aussi des acides gras comme les oméga-3 qui sont très bons pour la santé.
L’idéal serait de consommer du saumon, du hareng, des crevettes, des langoustes, de la morue, des moules ou de la sole.
Dans les légumes.
Nous ne sommes pas encore habitués à considérer l’algue Kelp comme un légume, pourtant il s’agit là d’une incroyable source d’iode que nous devrions penser à inclure dans notre alimentation de temps à autre. Outre les algues, il est recommandé de consommer de l’oignon, de la betterave, des blettes, des épinards, des concombres, des haricots verts, du cresson et de l’ail, qui est non seulement riche en iode, mais qui possède également des propriétés anti-bactériennes.
Dans le fromage.
Certains types de fromage sont aussi de bonnes sources d’iode. Par exemple, le cheddar : si nous en consommons 100 grammes, nous obtiendrons 39 milligrammes d’iode. Quant au fromage manchego à l’huile, 100 grammes nous apportent 34 milligrammes d’iode. Le manchego demi-vieux : 34 milligrammes d’iode. Le manchego frais : 34 milligrammes d’iode.
Dans les céréales.
La plupart des céréales que nous mangeons de façon quotidienne, comme le riz, le blé et le seigle, sont riches en iode. En consommant 100 grammes de farine de maïs, nous obtiendrons 80 milligrammes d’iode.

Biodisponibilité
L’absorption de l’iode par l’organisme est au-dessus de 90%. Par contre, il a été démontré que le soja (soya) inhibait l’absorption de l’iode. De plus, certains aliments dits «goitrogènes» sont en mesure de freiner la production et l’utilisation des hormones thyroïdiennes. Ces aliments comprennent le manioc, le millet, les légumes crucifères comme le chou, le brocoli, le chou-fleur ainsi que les patates douces, les arachides, les graines de soja (soya), le navet, le rutabaga, les radis ou les feuilles de moutarde. La cuisson inactive les effets goitrogènes de ces aliments.Quelques précautions à prendre au sujet de l’iode
Nous devons considérer qu’il est toujours du ressort de notre médecin de nous indiquer si nous avons besoin ou non d’un supplément d’iode. Ainsi, nous ne devons en aucun cas nous mettre à consommer tous les jours des algues, ou prendre soudainement des doses plus importantes de sel iodé. Prendre une quantité trop élevée d’iode peut être néfaste pour l’organisme et nous causer un problème d’hyperthyroïdie, par exemple.
De plus, certains médicaments ne sont pas compatibles avec l’iode, comme tous ceux qui sont prescrits pour soigner les maladies maniaco-dépressives. En cas de doute, il faut toujours consulter son médecin.

Quoiqu’il en soit, une diète équilibrée à base de légumes, de fruits et de céréales sera toujours bonne pour notre santé !

© 2019 Cedricko . Powered by WordPress. Theme by Viva Themes.